Vous êtes ici : Accueil » Se détendre à Schaerbeek » Patrimoine et tourisme » Folklore

Folklore

Image vintage "Découvrir Schaerbeek"

 «Obstiné et fructueux" est la devise communale née d'un concours. «Obstiné comme un âne et fructueux comme la terre» a rallié tous les suffrages. L'âne est devenu le symbole local, de par le fait que, dès 1136, les meuniers avaient obtenus du duc de Brabant l'autorisation de pénétrer dans Bruxelles avec des ânes chargés de sac de farine ... et chargés d'approvisionner la ville.

Ils suivaient l'Ezelweg (chemin des ânes), l'actuelle rue Josaphat. Jusqu'en 1830, des courses d'ânes étaient organisées. Mais devant la multiplication des incidents, elles furent supprimées. Le village dut ensuite sa renommée à ses élevages. Depuis, Schaerbeek a comme surnom «La cité des ânes". L'actuel cabinet du Bourgmestre expose un célèbre tableau d'Eugène Verboeckhoven : «Les deux ânes".

Le village était aussi renommé pour ses griottes, ses «cerises du nord" avec lesquelles on fabrique la kriek-lambic. Les vitraux de la maison communale évoquent plusieurs branches de cerisiers, devenus le symbole du développement communal. Fondé en 1985, l'«Ordre de la griotte de Schaerbeek" perpétue la tradition. Un musée schaerbeekois de la bière a même été créé en 1993 dans les anciens ateliers scolaires de l'avenue Louis Bertrand (n° 33-35). D'anciennes machines, une collection d'un millier de bières belges, des centaines de sous-verre et verres à bières forment un ensemble assez complet de l'univers brassicole. En 1899, près de douze brasseries jalonnaient le territoire communal.

 

Par ailleurs, la découverte, en 1866, d'un oscille de bronze en atteste (sorte de grigri romain annonçant de bonnes récoltes vinicole) : le village disposait de cépages (rue de la Consolation). La boisson de base du soldat romain était la «posca", un mélange de vin et d'eau au goût vinaigré. Le vignoble de Schaerbeek serait le plus ancien du pays : il daterait de 282. La concurrence et les invasions étrangères comme la mauvaise qualité du vin contribuèrent à la disparition du breuvage. Un recensement de 1794 indique que le village comptait 1500 habitants (dont 234 chefs de famille) parmi lesquels une majorité d'agriculteurs et d'ouvriers. Mais aucun viticulteur.

 

 

Mise à jour: 13/08/2013

Haut de page