Quels aménagements ?

Différents types d’aménagements permettent de concrétiser une zone 30. Chacun répond à un besoin spécifique en fonction de l’endroit où il se situe.

Le passage piéton surélevé et le trottoir traversant

Cet équipement est utilisé à l’entrée du quartier « zone 30 » pour signaler à l’automobiliste qu’un changement a lieu.

Ce passage prolonge le trottoir et assure la continuité de l’itinéraire du piéton. On parle de trottoir traversant lorsque le passage surélevé est une prolongation du trottoir sur la chaussée, dans les mêmes matériaux. Dans ce cas, le piéton garde la priorité et le traçage du passage pour piéton n’est plus nécessaire.

Zone 30 - passage piéton

Le carrefour aménagé en plateau

Généralement utilisé à l’intérieur de la zone, sur un carrefour où les conflits sont plus importants et où l’effet du ralentissement physique doit être renforcé.

Le but est aussi de favoriser la vie locale aux coins des rues, commerces de proximité, terrasses de café…

L’aménagement consiste à relever le niveau de la voirie sur l’ensemble du carrefour, ainsi les usagers ralentissent lorsqu’ils abordent le croisement. Le plateau crée un espace convivial où la zone de trottoir se confond avec les zones de circulation des véhicules. Des potelets seront généralement implantés, ils délimitent l’espace trottoir et y empêchent le stationnement en infraction.

Les oreilles de trottoir ou avancées de trottoir

Cet équipement est aménagé à l’entrée et/ou aux carrefours importants de la « zone 30 ».

Il s’agit d’élargir le trottoir jusqu’à la zone de circulation. Ce principe permet de réduire la longueur de la traversée. D’autre part, on prolonge cette avancée sur une zone de 5 mètres en-deçà de passage piéton – qui est une zone dans laquelle le code de la route interdit le stationnement – et dès lors, on augmente la visibilité pour le piéton. L’automobiliste pourra lui aussi mieux appréhender les mouvements du piéton abordant le passage. L’élargissement du trottoir permet localement l’installation de parkings vélos, de poubelles, de bacs de plantations dans la mesure où ils ne masquent pas la vue.

Zone 30 - oreilles de trottoir

Le coussin berlinois et le ralentisseur

Le coussin berlinois est un « carré surélevé » au milieu de la chaussée. Conçu pour ralentir les voitures, il a l’avantage d’être moins pénalisant pour le passage des bus (confort des voyageurs) et permet aux deux roues de contourner l’obstacle sans difficulté.

Le ralentisseur est un dispositif rehaussé sur toute la largeur de la chaussée. Cet aménagement a un caractère plus contraignant que le coussin berlinois pour l’ensemble des usagers.

Dans les sections plus longues

L’aménagement rappelle à l’usager motorisé qu’il se déplace dans un réseau de rues où la vitesse est limitée à 30 km/h et qu’il doit adapter sa conduite tout au long de l’itinéraire. Les marquages au sol sont également là pour rappeler la vitesse à respecter.

Dans les sections, outre les marquages, des ralentisseurs et coussins berlinois sont déjà présents à certains endroits et seront envisagés dans les tronçons les plus problématiques.

Radars préventifs

Les radars préventifs mesurent la vitesse des véhicules et les en informent, en indiquant grâce à un smiley s’ils respectent ou non la limitation de vitesse.  

En plus de mesurer, les radars enregistrent aussi les vitesses observées et le nombre de véhicules. Des informations qui permettent d’analyser l’évolution des flux de circulation à Schaerbeek et de mesurer l’effet de certaines actions entreprises par la Commune ou la Région.

Ils participent donc à la sensibilisation du public, au rappel de la règle et servent d’outil d’évaluation.